Santé & Environnement

Oui à la propreté, non à l’excès

L'arrivée d'un bébé est souvent l'occasion de faire attention à son environnement.

Si l’eau de javel n’est plus recommandée dans nos foyers, de nombreux détergents surpuissants ont fait leur apparition dans nos foyers.

Depuis la grippe aviaire, une tendance est apparue : il faut «assainir», «aseptiser» «stériliser», «désinfecter». Mais attention ! Ce n’est pas forcément bon pour votre santé, ni celle de votre bébé.

En tant que médecin, je vois de très nombreux patients atteints de problèmes cutanés liés à l’utilisation de produits d’entretien agressifs, que ce soit des produits nettoyants ménagers, ou des lessives.

Plus on désinfecte, moins on s’immunise !

Aujourd’hui, on reconnaît qu’il existe un lien entre l’augmentation des maladies allergiques et la diminution de l’exposition aux microbes durant la petite enfance. 
Il semblerait que ce contact avec des microbes –pathogènes ou non-  éduque notre système immunitaire et celui des jeunes enfants. 
Il faut permettre le contact aux bactéries, même de façon modérée, pour que l’enfant puisse développer naturellement ses défenses immunitaires et la tolérance aux protéines de notre environnement. Il faut respecter ces flores bactériennes, ces microbiotes qui se trouvent partout sur nos surfaces de contact avec l’environnement : le tube digestif, la flore intestinale, la peau et les voies respiratoires
Selon une étude du centre pour l'environnement et la santé, la javel et les produits désinfectants, en plus d’éliminer tous les microbes, favoriseraient les risques d’infections, notamment respiratoires.
Elle a démontré que l'exposition fréquente à ce type de produit a été associée chez des enfants européens de 6 à 12 ans à une augmentation de 20% du risque de contracter la grippe et d’un tiers, les angines.

Comment se protéger ?

Comment se protéger ?
Nettoyer, c’est rendre propre. Mais c’est simplement enlever une partie de la matière organique. Mais désinfecter, c’est détruire les micro-organismes. Donc, ne désinfectez pas systématiquement. Il vaut mieux nettoyer régulièrement de façon à ce que les microbes ne se fixent pas sur la matière organique. 

De la même façon, les huiles essentielles sont d’origine naturelle, mais peuvent être allergisantes par le biais d’une forte concentration en composés organiques volatiles.
En effet, les substances qui composent les huiles essentielles,  les parfums ou encore certains conservateurs, peuvent amener à une réaction de défense excessive du système immunitaire, c’est l’allergie cutanée. Elle est précédée par une phase de sensibilisation favorisée par tous ces éléments agressifs.

Les étiquettes affichent les substances allergisantes et il faut bien les regarder.  Si vous avez une allergie déjà identifiée, consultez les compositions des produits sur les étiquettes et sur les sites internet des fabricants.

*ARCAA = Association de Recherche Clinique en Allergologie et Asthmologie.

Noter ce cours

Ces cours peuvent vous intéresser
Il n’y a pas une peau mais des peaux de bébé
Comment bien choisir ses produits d’entretien à l’arrivée d’un enfant ?
L’ostéopathie, une aide à l'accouchement